Slalom

slalom

L’apprentissage du slalom se fait de manière ludique par les figures de base, puis viendront ensuite les figures plus complexes pour progressivement travailler les enchaînements.

 


Le slalom roller

Le slalom est une spécialité de la pratique du roller. Il s’agit de patiner et réaliser des figures entre des plots alignés au sol, sans toucher ceux-ci.  Il s’agit de réunir des figures de bases ou plus complexes et de les enchainer en rythme.

 

Les deux disciplines principales de slalom roller sont :

(1) le freestyle slalom : salomer autours de plots organisés en ligne de 20 plots (maximum).  En compétition de type Battle, et il y a au moins 3 rangées de plots correspondant à des espacements différents (plots sont espacés de 50 cm, 80 cm sur 20 plots et 120 cm sur 14 plots) et un DJ qui joue de la musique d’accompagnement. Dans ce type de compétition, la technique et l’improvisation sont généralement mises en avant. Les compétiteurs sont répartis en groupes tirés au sort et réalisent un maximum de figures lors des trente secondes règlementaires.  En compétition de type Classic, on a 1 minute 30 et on réalise un programme apprit par cœur qui doit passer par les 3 lignes (les 3 espacements différents) et qui se fait sur une musique choisie par le candidat. Ce type de compétition privilégie la technique, ainsi que l’esthétique des combinaisons et l’adéquation entre la musique choisie par le patineur et le rythme qu’il propose.

(2) le speed slalom (slalom de vitesse) : après un élan de 12 mètres, slalomer le plus vite possible sur un pied en avant, sur une rangée de 20 plots espacés de 80 cm. Chaque plot tombé compte pour 0.5 secondes de pénalité.

Pour les débutants, le freestyle slalom peut sembler inaccessible. Pourtant en commençant progressivement par les figures les plus simples, des progrès rapides et les résultats obtenus sont gratifiants. Apres quelques séances d’entrainement, la plupart des pratiquants sont en mesure de réaliser les figures élémentaires.

Au début de la pratique du roller, on pourra s’entraîner à réaliser une figure de manière répétitive sur une ligne de plot. Rapidement, l’intérêt du slalom est de parvenir à combiner différentes figures de manière successive.

Chaque patineur possède un pied qui est plus fort et qui permet de réaliser les figures de manière plus confortable qu’avec l’autre pied. Ce pied préférentiel peut être différent d’une figure à l’autre. Il est très important lors de la progression du slalom de s’entraîner pour chaque figure à réaliser la figure des deux côtés, son bon et son mauvais côté. Le mauvais côté s’appelle le switch.

De nombreux sites internet fournissent des indications et des vidéos qui peuvent vous aider dans votre pratique du slalom (www.kompakombo.fr; www.skatefreestyle.com/, http://www.freestyle-slalom.com/, si vous tapez munobal dans www.youtube.com; youtube regorge également de nombreux tutoriels).

Les figures de bases sont les suivantes : ET N’OUBLIEZ PAS QUE POUR CHAQUE FIGURE, IL EXISTE UN SWITCH. Il s’agit ici d’une liste des principaux mouvements de base, ces mouvements utilisant généralement l’ensemble des roues de vos rollers. Par la suite, pour les mouvements plus complexes, le nombre de roues en contact avec le sol diminue progressivement jusqu’à ce qu’il n’y aie plus qu’une seule roue qui touche le sol.

 

Godille (pieds parallèles, un des seules figure qui ne comprend pas de switch)

Godille avant
Godille arrière

 

Snake (ou seprent)

Snake avant (+switch)
Snake arrière (+switch)

 

Croisé

Croisé avant (+switch)
Croisé avant décalé (en alternant le croisé normal et le switch)
Croisé arrière (+switch)
Croisé arrière décalé (en alternant le croisé normal et le switch)

 

Un pied

1 pied avant
1 pied arrière

 

Crazy

Crazy (+switch)

Crazy sun

 

Nelson

Nelson avant
Nelson avant inverse
Nelson arrière
Nelson arrière inverse

 

Combinaisons

Mega

Sun

Eddy Mabrouk

Mexicain

Italian

 

Ballade (ou stroll ou distingué)

Ballade avant
Ballade arrière

Aigles

Aigle

Aigle Talon talon

 

Advertisements